De père français - Michel del Castillo : avis et commentaires sur le livre

En résumé

Après des romans sur sa mère, Michel del Castillo dresse dans "De père français" le portrait de son père et leurs retrouvailles après des années de séparation.

J’ai aimé

Un récit qui nous fait véritablement entrer dans le passé de Michel Del Castillo. L’auteur cherche à mieux comprendre son père qui l'a abandonné très jeune. Ses recherches dans le passé de sa famille peuvent nous amener à de nouvelles réflexions personnelles.

J’ai moins aimé

Un roman très « intérieur » et assez lourd (à éviter si on souhaite se détendre) qui manque d’informations sur le vécu de l’auteur pour nous permettre de comprendre tous les événements.

Extraits

Les contorsions de la lettre expriment la difficulté à dire cette chose inconcevable : la bonne conscience inentamable. Aucun remords, pas même un reproche. Ce qui bouleverse Joaquin, c'est que l'homme qui accable son fils, qui le condamne avec autant de suffisance n'a, de toute sa vie, rien fait pour son enfant. Il a éludé toutes les responsabilités, il s'est défilé, il a peut-être...

Qu'a entendu Joaquin ? Pourquoi s'arrête-il tout à coup ? Qu'a-t-il deviné qui le fige, l'empêche de poursuivre ? On dirait qu'il refuse, lui aussi. Il en vient alors à sa péroraison : là où l'Amour n'est pas, Dieux n'est pas non plus, ce qui, en clair, peut se résumer : ton géniteur n'a aucun sens moral parce qu'il est incapable d'aimer. Peut-être, dans son jargon clérical, Joaquin donne-t-il la seule réponse aux questions que, depuis l'enfance, je me pose. Peut-être est-ce aussi simple, aussi brutal que ça : Michel ne sait pas aimer.