La guérison par les fleurs - Dr Edward Bach - Avis sur le livre

En résumé

Dans ce livre, le Docteur Bach expose son point de vue sur la maladie et les liens qu'il a pu faire entre les états d'esprit et la réaction du corps à la maladie.

J’ai aimé

Un livre très philosophique qui donne de l'importance aux 38 fleurs et à leur simplicité d'utilisation, mais surtout présente la vision globale du Docteur Bach sur la santé, la médecine et même sur notre âme et le sens de notre vie.

J'ai particulièrement aimé la vision du Dr Bach sur la nécessité de travailler sur les côtés positifs d'une émotions plutôt que d'essayer de faire disparaître une émotion négative. En abordant la belle facette des fleurs, on peut en oublier leurs équivalents négatifs qui ont été le point de départ du travail d'une fleur. C'est certainement pour moi le meilleur moyen de travailler avec les fleurs de Bach.

J’ai moins aimé

Nous avons tous déjà ressenti ses périodes lors desquelles notre corps "attrape" un rhume parce que nous sommes fatigués ou tristes par exemple. Donc nous ne pouvons nier le lien entre nos émotions et notre santé. Toutefois, chercher toutes les causes de maladies dans nos émotions me parait parfois dangereux. Lorsqu'une maladie nous touche, il peut être très négatif pour le malade de chercher la cause en lui et de se sentir coupable d'être malade car il a mal gérer tel événement ou ressenti telle émotions. Donc même si je pense qu'il est important de travailler nos émotions pour favoriser notre bien-être et donc notre santé, je ne limiterais pas la réflexion de la maladie à cette approche. Ce n'est sans doute pas ce que le Docteur Bach faisait, mais pris au pied de la lettre, c'est une dérive à laquelle certains pourraient arriver en lisant trop rapidement son livre.

Extraits

Tant que notre Ame et notre personnalité sont en harmonie, tout est joie et paix, bonheur et santé. Le conflit surgit quand notre personnalité s'écarte de la oie tracée par l'Ame, soit par l'entraînement de nos propres passions, soit par la persuasion des autres. Ce conflit est la cause profonde de la maladie et de l'insatisfaction.
Quand on a découvert le défaut, il ne faut pas oublier que le remède ne consiste pas à lui livrer bataille, à user de volonté et d'énergie pour faire disparaître un mal, mais à développer régulièrement, sans défaillance la vertu opposée, ce qui aura pour effet d'effacer automatiquement de notre nature toute trace de l'indésirable. ... Lutter contre un défaut accroît son pouvoir, maintient notre attention fixée sur sa présence. ... Oublier le défaut, développer la vertu qui le rendra impossible, c'est cela la vraie victoire.